Rechercher
  • Alaska

Les chats et l'extérieur / Laisser son chat sortir ?

Dernière mise à jour : 1 mai 2019

Pour avoir lu des analogies douteuses comparant la question des animaux en zoos à celle des chats en intérieur, je rappelle que les chats sont des individus domestiqués* (dont le génome a été modifié pour servir des intérêts humains) et se poser la question des sorties est dans leur intérêt.

Les chats sont les seuls animaux domestiques en France pour lesquels il est culturellement admis de les laisser errer seuls en extérieur libre* (*ni contrôlé, ni sécurisé, ni supervisé). Pourtant, ils font face aux mêmes dangers et risques que n'importe quel autre animal ou enfant que l'on laisserait dans cette situation (chiens, lapins, cochons d'inde...).

Pourquoi est il dangereux de condamner la vie en intérieur et de promouvoir les sorties libres pour les chats ?

Dehors, dedans, est-ce pertinent ? Les chats ont des besoins physiologiques et psychologiques qui ont besoin d'être respectés. Le bien-être d'un animal ne dépend pas de la nature de l'environnement dans lequel il évolue, mais de la façon dont cet environnement répond à ses besoins.

Les chats dorment entre 12 et 16h/jour (65% du temps), ont un rythme cyclique très court (dormir-chasser-manger-laver-dormir) et une pyramide de Maslow à respecter comme n'importe quel autre animal. Il convient donc de concevoir l'environnement des chats dont nous avons la responsabilité en fonction de ces rythmes et de ces besoins.

NB/ La hiérarchie de ces besoins est critiquée par la communauté scientifique puisque subjective, mais les besoins restent les mêmes.

Les dangers de l'extérieur Sans même aborder le sujet de la stérilisation qui n'est malheureusement pas encore une obligation morale pour tous·tes, les chats font déjà face à des dizaines de risques mortels : ▪ Santé/psyché : parasites internes/externes (puces, vers, tiques etc.), fugues, perte d'orientation, agressivité lié à la protection des ressources (territoire, femelles, petits etc.) donc bagarres, maladies hautement transmissibles et létales (SIDA, PIF, FeLV etc.)...

Environnement : véhicules (voitures/motos/camions), dangers environnementaux (bouches d'égouts, cages d'escaliers, locaux poubelles, ravins, piscines, etc.), canicule/chaleur (désorientation, détresse respi, déshydratation...), froid/neige/pluie/grêle (hypothermie, maladies, congélation, famine, noyade...), chasseurs humains, prédateurs (renards, autres chats, rapaces, chiens, reptiles, fouines etc.), traffic d'animaux/vol d'animaux, maltraitance animale gratuite...

Nous pouvons aussi aborder la question de la prédation chez les chats, qui tue des millions d'individus chaque année, ainsi que ses conséquences : "Le gouvernement australien veut tuer 2 millions de chats errants pour préserver sa biodiversité".

En France, un chat se perd toutes les 12 minutes. Chaque année, c'est plus de 40 000 chats perdus (au minimum). 6 animaux perdus sur 10 sont des chats. Il est donc terriblement dangereux pour les chats mais aussi pour autrui (humain·es comme non-humain·es), de les laisser avoir accès à un extérieur libre.

⚠️ Attention aux sophismes et particulièrement au faux dilemme, qui consiste à dire que ne pas promouvoir/condamner l'extérieur libre, c'est promouvoir l'enfermement d'un chat dans un 10 mètres carré. Plusieurs solutions sont possibles selon les chats, leurs besoins personnels, les aménagements possibles... et plusieurs fondamentaux sont à respecter. Qu'est ce qu'un environnement adapté ? Lieux de repos et de sommeil

Hamacs, cabanes, tipis, paniers, coussins, fauteuils... C'est au chat de choisir selon ses préférences et ses besoins sur l'instant. C'est pour cela qu'il est important de proposer plusieurs options : en hauteur, caché, avec toit, ouvert, près d'une fenêtre, d'un radiateur, ou au frais, dans un espace de vie ou isolé, etc...

Zones d'alimentation

Il faudra à votre chat une zone de nourrissage fixe avec lequel il est à l'aise (plus ou moins loin de son

point d'eau, dans une pièce de vie ou isolée...), et pourquoi pas une zone annexe avec un

distributeur ludique (également intéressant pour les grands logements). Ne jamais oublier l'herbe à chat, essentielle pour un bon transit !

Espaces de marquage et d'élimination La litière d'un chat lui sert non seulement de lieu d'évacuation, mais aussi de point de repère : ses toilettes, c'est son nid d'odeurs familières qui l'aide à se sentir chez lui ! C'est pour cela qu'il est important de ne pas utiliser de litière parfumée ou de désodorisant ainsi que toujours laisser un peu de litière sale lors du nettoyage (quotidien !) de cette dernière. Pour l'emplacement, privilégier l'entrée et les pièces de vie, loin des zones de nourrissage et des points d'eau.

Des griffoirs, partout ! Les griffoirs sont essentiels. Ils permettent à votre chat non seulement d'user ses griffes, mais surtout de marquer son territoire, donc être à l'aise dans son environnement en se l'appropriant. Le plus il y a de griffoirs, le mieux c'est ! Horizontaux, verticaux, en hauteur, au sol, tapis, poteaux, design, à trous, en forme de dodo, en carton, en sisal, qui se fixent et fondent dans vos murs ou vos meubles... il y a de tout !

Espaces de sécurité et de repli En plus des espaces dédiés au repos et au sommeil, votre chat a besoin d'espaces dans lesquels il se sent en pleine sécurité, où il peut se mettre hors de danger et à l'abri des intrus. Ces espaces sont primordiaux. Il vous faudra donc des étagères à chats, des arbres à chats, des tours... Les parcours aériens sont ce qu'il y a de mieux !

Espaces de jeu et de chasse

C'est le point le plus important : la stimulation. Il lui faut un espace suffisamment ouvert pour pouvoir courir, sauter, drifter, traquer et attaquer ! Il faut y mettre des jouets à disposition : souris, balles, peluches, grelots, cannes, tunnels, cartons, jeux d'intelligence (DIY possible)... variez les textures et les formes ! Vous pouvez agrémenter le tout d'herbe à chat, de friandises cachées... surtout quand vous devez partir, pour positiver votre absence. N'oubliez jamais qu'un jouet inerte ne remplacera jamais une séance de jeu interactive entre vous et votre chat, qui a besoin de chasser (= traquer une proie en mouvement et l'attraper). Ces séances sont essentielles et renforceront votre relation. Les chats observent également beaucoup ! Les accès aux fenêtres et les points en hauteur seront fortement appréciés.


Bonus : une chatterie/enclos extérieur

Pour les chats peu socialisés, nés dehors, avec traumas, phobies, qui auraient du mal avec l'enfermement, favorisez les logements avec jardin pour pouvoir y construire un accès à un enclos extérieur. Selon les aménagements, vous pouvez aussi tout simplement sécuriser votre jardin et ses arbres, s'il y en a. Je recommande le groupe Facebook "Enclos, Abris et Chatteries" à ce sujet.

Les promenades en laisse + harnais via le clicker-training est également envisageable. Pour en savoir plus, s'inscrire sur le groupe Facebook "Le Chat en Positif". ⚠️ Attention, les promenades ne s'improvisent pas, ne se pratiquent pas n'importe où et nécessitent souvent l'aide ou la supervision d'un·e profesionnel·le.

Pour conclure Le bien-être d'un animal ne dépend pas de la nature de l'environnement dans lequel il évolue, mais de la façon dont cet environnement répond à ses besoins. Contrôler et sécuriser l'environnement d'un animal (d'autant plus domestique, donc non-autonome) en veillant à ce qu'il réponde à ces besoins, c'est être responsable, pas spéciste ni égoïste. Adopter un chat (ou n'importe quel individu d'une autre espèce), c'est prendre la responsabilité d'avoir les moyens de lui offrir un environnement sécurisé et adapté. Respecter et aimer un animal, c'est évaluer de manière la plus critique et objective ce qu'il serait le meilleur et le plus juste pour lui (et les autres), le plus loin possible de tout anthropomorphisme. ------------------------------- Pour en savoir plus et suivre mon contenu, retrouvez-moi sur ma page Facebook ! Alaska Mittelette Coaching Animalier - Approche positive 📧 alaskasanimalschool@gmail.com 📞 07-68-80-59-37

1 788 vues0 commentaire